La désinformation de la part de politiciens

.

Messieurs,

Je viens d’écouter votre intervention dans Forum de la RSR (19-11-08) au sujet de l’interdiction de la fumée dans les lieux publiques (mais lieux privés tout de même).

Lors de cette intervention M. Van Singer a affirmé qu’il y aurait plus de 1000 morts à cause de la fumée passive. Existe-t-il des statistiques officielles pour confirmer ce chiffre? Le conseil fédéral a toujours avancé un chiffre de „quelques centaines“, lui aussi sans indiquer la source de cette information. Même Felix Gutzwiller ne voulait pas s’avancer à ce sujet. S’agirait-il d’un chiffre simplement inventé dans un but politique?

Combien de vies seront épargnées par l’interdiction de fumer dans la gastronomie? J’ai sous les yeux une étude mandatée par l’EU (Lifting the Smokescreen, Jamrozik) et qui a tenté d’estimer nombre de „victimes“ présumées dans les pays européens. Etant donné que cette étude doit servir de justification pour l’interdiction de la fumée dans les lieux publics en Europe (Smoke-free Europe), l’auteur n’y va pas avec le dos de la cuillère. Toujours est-il que cette étude arrive à un non-lieu en ce qui concerne le nombre de victimes parmi les employés de la gastronomie suisse, une seule victime au pire des cas.  Pour toute l’Europe (25 pays), ce rapport indique un chiffre de 89 „victimes“ dans la gastronomie.

La comparaison avec les morts de la circulation, du SIDA et d’autres maladies confondus de M. Van Singer semble s’écrouler sous le poids de l’évidence.

Source: Page 38, Table 8.

La coopérative professionnelle allemande pour l’alimentation et la gastronomie (BGN) a comparé les fiches de l’assurance maladie de ses membres et n’a trouvé aucune anomalie entre les employés de la gastronomie et ceux d’autres branches.
Source 1: et Source 2:

M. Zellweger cite une étude des Etats-Unis (Siegel et al.) qui semble démontrer que l’interdiction de fumer dans les restaurants réduirait la chance des adolescents de devenir fumers de 50%.

M. Tornare va certainement pouvoir confirmer que sa clientèle est majoritairement composée d’adolescents entre 12 et 17 ans. Et il va aussi confirmer que le but principal de son entreprise était l’éducation des adolescents sous le mandat de l’état, avec grand plaisir mais à ses frais.

Le même auteur (Siegel et al.) a d’ailleurs aussi publié une étude selon laquelle les campagnes anti-fumeurs dans les médias ont eu le même effet sur les adolescents entre 12 et 15 ans que l’interdiction de fumer dans les restaurants. Est-ce que 50% de réduction par-ci et 50% par-là, ça ne fait pas 100%?

Les chiffres officiels de l’OTC Irlande montrent une toute autre réalité. Deux ans après l’interdiction de fumer (donc en 2006), le nombre de fumeurs entre 15 et 24 ans avait atteint un niveau plus élevé qu’avant l’interdiction. Le nombre de tous les fumeurs confondus est resté quasiment stable entre 2003 et 2008. -> Source:

Pourquoi cette désinformation de la part de politiciens (qui ne font que répéter ce qu’ils ont appris dans les médias, sans savoir de quoi ils parlent) et même de médecins (qui devraient savoir)? Est-ce que le but justifie les moyens, tous les moyens? A-t-on oublié les principes d’éthique politique et professionnelle?

Il est certes facile de gagner une votation quand on a les moyens financiers pour disséminer la désinformation et la peur. Mais il n’y a pas de quoi être fier du résultat.

Pour votre information:

  • Interview du Dr Even, ancien doyen de la faculté Neker-Enfants malades qui critique les dérapages de notre société qui tend à interdire pour justifier le droit d’exister: http://snipurl.com/5yn53
  • Prof. Molimard – Le rapport européen Lifting the Smokescreen : étude épidémiologique ou manipulation?: http://snipurl.com/58moa

Bernd Palmer, Ing. EPF, CH-1295 Mies


Réplique

Monsieur,

Je vous remercie d’avoir pris le temps de répondre avant de prendre votre avion.

Quelques commentaires à votre réplique:

Quant aux jeunes, bien sûr qu’ils ne fréquentent pas (encore) le restaurant de M. Tornare, mais ils vont en disco et ils calquent leur comportement sur celui des grands et des modèles de la société dans laquelle ils vivent. C’est ce rôle de modèle qui peut différer selon la norme sociale d’une ville ou d’un pays à l’autre.

Et le rôle de M. Tornare dans ce jeux? Est-il devenu employé de l’Office fédéral de la sante publique?

L’addition des 50% et 50% est trompeuse et malencontreuse: il ne s’agit évidemment pas des mêmes jeunes qui ont participé à la fois à l’étude sur l’éducation et à celle sur la régulation.

Avec cet exemple je voulais tout simplement démontrer l’absurdité de cette bataille des „études“. Aux USA au moins, les citoyens sont soumis parallèlement et massivement à la propagande anti-tabac et à l’interdiction de fumer dans des restaurants. Il s’agit très certainement de deux „confounders“ mutuels parmi d’autres (dénormalisation, marginalisation sociale, haine contre les fumeurs). Sans oublier le fait qu’ils s’agissait d’interviews téléphoniques, nécessitant le consentement préalable – et donc la présence – des parents, ce qui jette un doute sur la fiabilité des réponses.

Mégots chiffrés

Ne „mégotons“ pas sur les chiffres: la fumée passive tue certaines personnes (10, 100 ou 1000, peu importe!)

Alors pourquoi mentir? Pourquoi ne pas dire qu’on ne sait pas, que s’il y a un effet présumé, il est tellement faible qu’on ne peut pas le mesurer. Comme on le fait pour les téléphones portables. Ou pour les lignes à haute tension. Malgré quelques études alarmantes.
Alors pourquoi ne pas simplement recommander à la population d’éviter les bars enfumés et les téléphones portables et de ne pas vivre sous une ligne à haute tension pour éviter le moindre risque?

La meilleure preuve du rôle de l’exposition au tabagisme passif … est la diminution nette du nombre d’accidents cardio-vasculaires aigus survenus en Ecosse

Quand j’affirme que parfois même les médecins ne savent pas mais devraient savoir, je fais référence à ces études qui ont visiblement été lancées pour justifier, après les faits, les interdictions de fumer. Les politiciens veulent avoir une confirmation du bien-fondé de leur décision, les scientifiques y voient une source facile pour remplir leur poches. Evidemment, une étude n’arrivant pas au résultat désiré ne sera jamais publiée. Le résultat est donc connu d’avance, il faut juste trouver les données pour le confirmer. Et pour éviter toute critique, on rédige des communiqués de presse avant même d’avoir publié l’étude.

Les techniques appliquées sont simples:

  • On mesure deux points (avant et après) pour obscurcir le fait que le nombre d’infarctus du myocarde est en baisse constante depuis des dizaines d’années dans la plupart des pays industrialisés. On déclare que la baisse constatée est due à l’interdiction de fumer alors qu’elle suit une tendance.
  • Sachant que le nombre d’admissions pour infarctus a une grande variabilité de mois en mois, on compile les données d’un nombre restreint d’hôpitaux et pour des périodes périodes soigneusement sélectionnés en fonction leur données favorables à „la cause“.
  • On prétend tout simplement une baisse du nombre des infarctus (Dautzenberg, Paris, après 2 mois seulement, il se ridiculise lui-même) sans présenter une quelconque évidence et en défiant toute logique et toute plausibilité.

On nous cache le fait qu’il y avait des baisses du même ordre de grandeur dans le passé, alors qu’il n’y avait pas d’interdiction de fumer.

Dans ce chapitre, on peut citer les études de:

  • Angleterre: http://www.freedom2choose.info/news_viewer.php?id=721
  • Massachusetts: http://www.reason.com/blog/show/130115.html
  • Wales: http://www.velvetgloveironfist.com/index.php?page_id=59
  • Bowling Green: http://tobaccoanalysis.blogspot.com/2007/05/new-study-concludes-that-bowling-green.html
  • Piemonte: http://tobaccoanalysis.blogspot.com/2008/02/new-study-concludes-that-italian.html
  • Helena: http://www.velvetgloveironfist.com/index.php?page_id=45 et http://tobaccoanalysis.blogspot.com/2006/06/helena-study-itself-reveals.html
  • Saskatoon: http://tobaccoanalysis.blogspot.com/2006/05/newspaper-article-exposes-problems-in.html
  • Pueblo: http://tobaccoanalysis.blogspot.com/2006/09/pueblo-study-concludes-that-smoking.html

L’étude écossaise – ou – Comment tomber dans un piège

Vous faites référence à l’étude écossaise (Pell et al.) que vous aviez annexée à votre émail en disant:

La meilleure preuve du rôle de l’exposition au tabagisme passif dans le secteur de la restauration est la diminution nette …

Ils est bien connu que nous avons souvent tendance à accepter de manière peu critique des affirmations qui nous réconfortent dans notre conviction. C’est exactement ce qui vous est arrivé avec cette étude. Malheureusement les organisations anti-tabac ne sont plus soumises à des contrôles de véracité parce que toute étude qui contredit leur dogme est réfuté et manœuvré dans le coin de l’industrie du tabac, qui a été condamnée au silence absolu depuis longtemps.

Les résultats de cette étude avaient été largement disséminés (loin avant la publication de l’étude) par les médias qui proclamaient une baisse de 17% du nombre d’infarctus du myocarde. Or, quand l’étude était rendue publique quelques mois plus tard, on constatait qu’elle avait mesuré le nombre de syndromes coronaires aigus (ACS, en tant que médecin vous savez que ce n’est pas le même diagnostic).

L’étude constitue une violation flagrante des principes de l’épidémiologie:

  • Elle ne se base pas sur des chiffres officiels mais sur des données sélectivement recueillies auprès d’un nombre restreint d’hôpitaux (Data Mining et Cherry Picking).
  • L’étude utilise deux points de repère: avant et après l’interdiction. Il n’y a donc aucun moyen de vérifier quelle est la tendance et quelle est la variabilité des cas sur une plus longue durée. Le chiffre de 17% pourrait donc tout simplement refléter une tendance existante ou être dû à une grande variabilité des cas.
  • L’étude manquant de points de référence avec un groupe de contrôle, elle utilise les chiffres du pays voisin, l’Angleterre. Mais elle compare le diagnostic ACS en Ecosse avec celui des admissions hospitalières pour infarctus en Angleterre. C’est les pommes contre les poires.

Pour une analyse plus détaillée, veuillez voir ici

Depuis la publication de cette étude, les chiffres officiels pour toute l’Ecosse ont été publiés. Il s’avère que

  • la réduction du nombre des cas ACS est de 7.2%, et non pas de 17% pour la première année suivant l’interdiction en mars 2006
  • cette réduction confirme une tendance à la baisse régulière depuis 1998/99
  • la tendance à la baisse pendant 9 ans est renversée dans la 2ème année après l’interdiction de fumer! Avec une massive augmentation de 7.8%.

Voir les détails: ici
Si on voulait utiliser la même argumentation qu’utilisent les organisations anti-tabac, on pourrait aisément et sans mentir conclure que

l’interdiction de fumer dans les restaurants tue!

Je réitère mon affirmation: Médecins et scientifiques devraient savoir que tout n’est pas science qui se présente sous le cachet de la science. Surtout quand des intérêts politiques, financiers et sociaux s’y mêlent. Quand on brandit une photo des PDG de l’industrie du tabac „Le pinacle de l’hypocrisie“ sur son site web http://www.fpes.ch, on devrait au moins en tirer les leçons. Mais si, on l’a fait: Ce qui marche pour l’industrie du tabac marche aussi pour l’industrie anti-tabac!

Désinformation par le corps médical et les professionnels de la santé
Vous considérez mes propos concernant la désinformation pratiquée par des médecins „presque insultants“? Sachez que je fais mes propres recherches avant de me lancer dans des affirmations. Et j’en suis fier.

Rielle …
Prenons donc l’exemple de votre cher collègue Rielle qui, en 2005 (et en 2008, si je me souviens bien), faisait afficher en d’immenses lettres sur les TPG:
„Le risque du cancer du poumon est accru de 50% pour les employés de la restauration exposés au tabagisme passif

L’étude, à laquelle cette affirmation fait allusion, était conduite par Michael Siegel, à l’époque (1993) étudiant. Il s’agit d’une méta-analyse sur la base de 6 études. Le but de l’étude était de comparer l’état de santé des employés de la gastronomie par rapport à d’autres professions, toutes causes confondues. Voici la conclusion de Siegel:
„The epidemiologic evidence suggested that there may be a 50% increase in lung cancer risk among food-service workers that is in part attributable to tobacco smoke exposure in the workplace.“ Source

Je vous laisse le soin de chercher l’erreur de Rielle. J’en avait fait part à Rielle dès octobre 2005. Le même Rielle, lourd de millions de francs du contribuable, qui n’en revient pas d’avoir gagné le procès contre Rylander, une farce montée de A à Z.

Dans une correspondance plus récente, Siegel a admit qu’il ne peut pas chiffrer la part due à la fumée passive et qu’il avait simplement exprimé sa conviction personnelle.

… et les autres
Michael Siegel, actuellement professeur à l’université de Boston, faisait pendant des années partie de l’organisation anti-tabac militante ANR et admet ouvertement avoir subi un lavage de cerveau par cette organisation. Il a témoigné en tant qu’expert dans plusieurs procès contre l’industrie du tabac. Mais depuis quelques années il dénonce la désinformation pratiquée par ces collègues médicaux et scientifiques: Source

Siegel aurait aussi pu inclure l’OFSP et la Ligue pulmonaire dans sa liste car ils utilisent ce même argument de „mort subite en 30 minutes“ dans leurs publications.

Humiliation
Si vous vous sentez insulté, que ressentiront ceux qui fument?
Il suffit de regarder les affiches de la Ligue pulmonaire sur le site de CIPRET Fribourg (http://www.fpes.ch/) et celles publiées lors de la votation à Zurich. Assimiler les fumeurs à des tueurs?

Bientôt on verra les photos dégoûtantes sur les paquets de cigarettes. A quand les voitures avec des photos d’accidentés sur le capot?
Tout ça n’a rien à voir avec la fumée passive, n’est-ce pas? Il s’agit tout simplement de la stigmatisation d’une partie de la population.
Le respect envers mon entourage, mes amis, mes enfants et mes petits enfants m’interdira désormais de sortir mon paquet de cigarettes en leur présence et même de laisser apparaître un paquet dans mon propre appartement. Nos autorités manquent de respect et de la plus simple considération en imposant la vue de ces paquets à tout le monde – enfants, adolescents, adultes, non-fumeurs et fumeurs confondus.

Le président de la confédération qui déclare les fumeurs asociaux, parce qu’il ne connaît même pas les études de son propre OFSP qui montrent que les fumeurs alimentent les caisses de la confédération avec un surplus.

Et il suffit de regarder ce qui se passe et discute dans les autres pays qui sont déjà un peu plus avancés dans la discrimination et la diffamation des fumeurs:

  • Interdiction d’adoption d’enfants (et déjà les obèses sont dans le collimateur)
  • Interdiction de fumer dans son propre appartement, dans les rues et dans les campings des parcs nationaux (les grillades sont permises!)
  • Refus de traitements médicaux (et déjà les obèses sont dans le collimateur)
  • Poursuite juridique de médecins qui ne poussent pas leurs patients à la cessation
  • Augmentation progressive de la taxe sur le tabac

Si la loi anti-tabac devait être acceptée lors de la votation, c’est donc largement grâce à une désinformation massive, volontaire et systématique du public général, sous le cachet de la science.

Pas de quoi être fier!

Et l’éthique professionnelle dans tout ça?

Meilleures salutations

Bernd Palmer

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.