Coup de frein à l’arrogance de la Ligue Pulmonaire

Suisse: Le Conseil national rejette l’initiative excessive de la Ligue pulmonaire

Le Conseil national a clairement rejeté hier l’initiative pour l’interdiction de fumer lancée par la Ligue pulmonaire. Cette décision prise par 118 voix contre 55 après un débat intense réjouit la Communauté d’intérêts Priorité Liberté. Les auteurs de cette initiative excessive visaient finalement une interdiction généralisée de fumer. La loi fédérale actuelle représente un compromis équilibré que l’on ne saurait remettre en question peu après son entrée en vigueur.

Il y a quelques années seulement le Conseil national et le Conseil des Etats se sont mis d’accord après un débat détaillé sur une interdiction de principe de fumer dans les restaurants et les autres locaux accessibles au public. Une exception est admise pour les petits restaurants (moins de 80 m2) à condition qu’ils répondent à certaines conditions. Les cantons sont libres de prendre des dispositions plus sévères. Certains d’entre eux ont usé de cette possibilité. Ce compromis est appliqué depuis le 1er mai 2010, donc depuis l’entrée en vigueur de la loi fédérale sur la protection contre le tabagisme passif.

Le 18 mai 2010, soit à peine trois semaines après l’entrée en vigueur de la nouvelle loi, la Ligue pulmonaire et d’autres organisations ont déposé une nouvelle initiative populaire demandant une extension de l’interdiction de fumer. Le Conseil fédéral, la commission parlementaire concernée (CSS-CN) et aujourd’hui le plénum du Conseil national rejettent cette initiative, estimant que la loi en vigueur était suffisante.

Cette décision réjouissante est cependant ternie par l’activisme déplacé de la Commission fédérale pour la prévention du tabagisme (CFPT). Il est proprement scandaleux que cette commission se soit permis de faire du lobbying public pour cette initiative trois jours avant le débat du Conseil national, prenant ainsi le contrepied du Conseil fédéral et de la commission parlementaire du Conseil national. Cette attitude soulève des questions générales sur le rôle des commissions extraparlementaires. Commission administrative, la CFPT doit assumer une fonction de conseil et de préparation et fait donc partie de ladite „administration fédérale décentralisée“.

Le conseiller national Peter Spuhler, président de la CI Priorité Liberté, a déposé hier une interpellation concernant les tâches et les fonctions des commissions extraparlementaires. Il n’est en effet pas tolérable que des unités administratives se mêlent de processus parlementaires et contredisent publiquement le Conseil fédéral qu’elles sont censées conseiller. Cette interpellation est aussi une invitation au gouvernement à contrôler plus étroitement son administration pour éviter à l’avenir pareils faux-pas.

Zollikon, 23 décembre 2011

Priorité Liberté
Case postale 470
CH-8702 Zollikon
CCP 85-518003-6
Tél. +41 44 391 32 32

En tant que membre de «Priorité-Liberté», Sackstark! se réjouit d’ores et déjà de l’arrivée de nouveaux membres d’opinions semblables aux siennes. Seulement tous ensemble, nous pouvons être assez forts pour stopper ce fanatisme sectaire.

Soutenez PrioritéLiberté

Les personnes, qui s’identifient aux buts de la CI Priorité Liberté, peuvent exprimer leur sympathie comme membres passifs avec une contribution annuelle de 20 francs au moins. Elles seront informées périodiquement des activités de la CI Priorité Liberté.

La CI Priorité Liberté remercie chaleureusement toutes les sympathisantes et tous les sympathisants de leur soutien.
Compte-chèques postal no – postal no: 85-518003-6

Virement en ligne ou par carte de créd PayPal

Commander un bulletin de versement – commander (membres)

~~~

L’invité de cette émission, Philippe Even, est pneumologue et ancien doyen de la faculté Necker-Enfants malades, dit explicitement:
»Le tabagisme passif est une arme inventée par, disons des communicants, pour culpabiliser les fumeurs et exercer un contrôle sur le reste de la population«
»Le tabagisme passif est totalement ridicule.«
»Aucun travail ne démontre une augmentation sensible des risques de la santé à cause du tabagisme passif.«
»Il y a beaucoup moins de risque avec le tabagisme passif qu’il y en a à respirer de l’air dans la rue.«
»Le tabagisme passif est une escroquerie absolue!«
»Comment un état peut-il s’engager dans une interdiction aussi dure et en même temps continuer à vendre le tabac, à l’autoriser, et a faire rentrer une dizaine de milliards d’euros chaque année grâce à l’impôt sur tabac.«

.

Souffrance de dyscalculie

Otto Brändli s’empresse de se rendre ridicule en annonçant au début 2010 à la télévision, à la veille de la votation zurichoise anti-tabac, qu’avec chaque mois durant lequel l’interdiction de fumer n’entre pas vigueur, 10 personnes pourraient mourir d’infarctus par mois seulement à Zurich à cause de la fumée passive. Cela représenterait 120 cas de moins par année dans le canton de Zurich, pour autant qu’un décès dû à la fumée passive soit trouvé dans ce monde et clairement identifié comme tel. Selon les chiffres arbitraires provenant de la campagne de la Ligue pulmonaire, cela représenterait exactement 706 cas en moins pour toute la Suisse, qui apparemment pourraient mourir d’infarctus à cause de la fumée passive. Celui qui sait que le rapport attribué au risque apparent dû à la fumée passive entre le cancer des poumons et l’infarctus est de 12 :1 peut facilement calculer qu’ainsi à l’échelle de la Suisse, il ne s’agirait plus de 365 (affirmation Pro Aere, Klingler, Arena 30.04.2010) ou de 1000 selon l’Office fédéral de la santé (chiffre total de tous les cas mortels de cancers dûs à la fumée passive, indépendamment du genre de cancer), mais du chiffre mythique de 8.472 personnes décédées par année , qui selon Otto Brändli seraient victimes seulement du cancer des poumons à cause de la fumée passive. Une inflation de chiffres sans pareil, plus la votation de la Ligue pulmonaire s’approche. Et sans qu’il n’existe d’études scientifiques sur le sujet, il n’ y en a aucune, qui, ne s’appuyant sur des études épidémiologiques inéxactes et douteuses dont celles qui présentent un résultat contradictoire en faveur du tabac, ne soit prise du tout en considération. Elles n’existent simplement pas pour ceux qui traquent les fumeurs.

Fumoirs – Voyage en absurdie (Hôtel Palafitte, Neuchâtel)

One thought on “Coup de frein à l’arrogance de la Ligue Pulmonaire

  1. Pingback: Schuß vor den Bug der Lungenliga

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.